Accueil > Actions culturelles > 2020-2021 > Confinement culturel > En route vers Pâques, la mystérieuse...

Ah le week-end de Pâques ! Retrouvailles tant attendues après les fêtes de Noël (pas plus de six adultes à table, on a reçu le message...), sa chasse aux œufs (dissimulés par cloches, poules, lapins, ou lièvres selon les traditions) et son jour férié qui nous laissera le temps de rêvasser à des contrées lointaines.

Cap sur Rapa Nui, ce confetti de 162 km² perdu dans l’immensité de l’océan Pacifique, à 13 300 km du jardin familial où les chocolats oubliés raviront les babines de votre quadrupède.

Il y a exactement 299 ans, le 5 avril 1722, Jakob Roggeveen, navigateur hollandais débarquait sur l’île de Pâques. De cette île nous nous représentons les Moaï, ces monolithes colossaux sculptés dans la roche volcanique, vestiges d’une civilisation perdue. Ils s’érigent dos à l’océan protégeant ainsi la population des agressions extérieures. Comment et par qui ces statues ont-elles été dressées ? Le mystère plane encore au sein de la communauté archéologique.

LILIA, CENTRE DU MONDE

Autre mystère : la présence d’un œuf situé dans la baie d’Hanga Hoonu. Il s’agit d’une petite pierre ronde polie par les vents et la mer ou sculptée par l’homme. Là encore, le mystère demeure. Pour les Pascuans, cet œuf représente le centre du monde. Et si l’on s’accorde à ce que Pascal (le philosophe, pas l’agneau) soutient dans ses Pensées « Le monde [...] est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part ». Cela me conforte lorsqu’en toute objectivité je définis Lilia comme le centre du monde. Ce dernier ne serait pas matérialisé par une pierre ronde mais par un colosse de pierre de 82,5 m lui aussi situé sur une île... (vous voyez sans mal à
quoi je fais référence !)

À des milliers de kilomètres d’ici, des considérations similaires : les Pascuans se battent pour que leur langue ancestrale revive. Des programmes d’immersion dans les écoles maternelles ont d’ailleurs été créés afin de participer à sa réappropriation et sa transmission. De même que dans nos contrées bretonnes, mythes et légendes
enrichissent la culture pascuane.

Une dernière passerelle, artistique cette fois, gommerait ces milliers de kilomètres nous séparant de Rapa Nui. Paul Gauguin fut à de nombreuses reprises influencé par la culture pascuane avec comme source de création peu de temps avant son départ pour la Polynésie, Pont Aven et la Bretagne !

Espace Culturel Armorica

1, rue du Colombier - 29880 Plouguerneau

02 98 03 06 34

contact@espace-armorica.fr

Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP