Accueil > Actions culturelles > 2019-2020 > Confinement culturel > "Gestes des repas" - Par Monique Gessain

Puisque c’est bientôt la chandeleur, je vous propose de partir cette semaine à la découverte d’un documentaire qui nous plongera dans la tradition culinaire bretonne. Sentez déjà l’odeur des crêpes sur le billig, celle du far sortant du four...

Peut-on parler de la célèbre « Madeleine de Proust » au pluriel ? Car il m’en faudrait un sachet entier pour définir mes souvenirs, tant la cuisine de mes grands-mères est riche de saveurs singulières. Que ce soit le farz forn (en case), ou farz pod, le ragoût ou les krampouezh, chaque plat me rappelle des moments familiaux heureux.

S’il est question de transmission, je reste persuadée que ma façon de réaliser l’une ou l’autre des recettes conduira inévitablement à un résultat distinct du leur. Quand je perds mon temps à peser au gramme près ce qu’il me faut d’ingrédients, elles le font instinctivement dans un geste maitrisé, me devançant de quelques étapes dans sa réalisation.
Merci à vous, pour le plaisir ressenti à chaque cuillérée de farz pitilig encore fumant et plongée dans le lait ; à chaque bouchée de far sorti du sac et coupé en tranches ; pour l’odeur de la crêpe moelleuse et élastique trempée dans le café noir.

1966 : Direction Plozévet pour un documentaire de Monique Gessain, disponible sur le site de la cinémathèque de Bretagne. La réalisatrice explore dans l’intimité de foyers bretons, toutes ces traditions culinaires autour de plats tels que le yod (bouillie d’avoine, préparée au feu de bois et cuite au lait), les crêpes, le kouign, l’andouille (âmes sensibles s’abstenir) ou le pain noir. On y apprend qu’à cette époque la fabrication de ce dernier était l’affaire des femmes, elles qui sont toujours dans certaines sociétés « des gardiennes de semences ». L’on découvre que si la préparation était individuelle, la cuisson elle se faisait collectivement chez le boulanger, en ayant pris soin au préalable de marquer les miches.

Au terme de ces 45 minutes de visionnage, je me rends compte de la richesse de telles archives, de la préciosité de ces images. Si pour les uns le sentiment d’appartenance régionale se révèle fort par l’usage de sa langue, pour ma part ce sont les traditions culinaires qui l’exacerbent.

Alors, en cuisine ! Il ne vous reste quelques jours pour travailler votre tour de main.

Le documentaire est disponible ici !

Espace Culturel Armorica

1, rue du Colombier - 29880 Plouguerneau

02 98 03 06 34

contact@espace-armorica.fr

Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP